Portrait
Run-D.M.C.



Run-D.M.C. est l'un des plus grands groupes qui a su faire évoluer l'histoire du rap au fil des années. Ils ont été les premiers récompensés, les premiers à passer sur MTV et surtout les premiers à se faire un nom aux yeux du grand public qui le considère comme un groupe incontournable des années '80. Ils sont aussi considérés comme étant précurseur du hip hop hardcore de cette période en fusionnant notamment rap et rock.

Run (Joseph Simmons), D.M.C. (Darryl McDaniels), et Jam Master Jay (Jason Mizell) sont tous les trois issus de familles de classe moyenne originaires de Hollis près du Queens. Run est tout simplement le petit frère du co-fondateur de l'empire Def Jam, Russell Simmons.

Quand Joe était encore à l'école, l'aîné Russell se faisait une réputation dans New York en organisant des shows et en devenant manager par la suite. C'est lorsque Russell bâtit sa première major à Harlem, New York, qu'il rencontre Kurtis Blow. Voyant son grand frère et Kurt bien s'entendre, Joe les suivit évidemment et devint le DJ de Kurtis Blow. Il prit alors comme pseudo Run pour "running at the mouth".

En parallèle, Run partage ses performances live avec des potes de quartiers dont Darryl McDaniels, fils d'un ingénieur et d'une infirmière. Joe contraint Darryl à faire un show avec lui dans un club toujours à Hollis. A ce moment là, Joe lui passe le mic et lui dit "vas-y rap pendant une heure !". Darryl assure et fait dorénavant équipe avec Joe. Les deux compères vont chacun en université, LaGuardia Community College pour Run où il y étudiera les sciences et St. John's University pour D.M.C. Ils y découvriront un autre ami en la personne de Jason Mizell alias DJ Jam Master Jay pour compléter le trio. En '83, ils enregistrent leur tout premier single, 'It's Like That', sur le label indépendant Profile. Le maxi vynil sort et est tellement acclamé par les B-Boys locaux qu'il devient hymne à travers le pays. La face B, 'Sucker MC's', avec son beat peu commun à cette époque et son modèle avancé de rimes est considéré par beaucoup d'aficionados du hip hop comme étant le premier rap hardcore de l'histoire. Résulte donc l'année suivante la sortie d'un premier album éponyme.

Russell Simmons forme Def Jam avec le producteur Rick Rubin. Ils signent alors la première tournée rap national, le "Fresh Fests", engageant les Run-D.M.C. naturellement mais aussi Newcleus, Whodini et UTFO. Les Run-D.M.C. vêtues de chapeaux noirs, jeans noirs et Adidas noires et blanches y laissent une grande impression et marquent l'esprit des jeunes découvrant le rap pour la toute première fois. Fusionnant rap et rock sur leurs singles 'Rock Box' et 'King Of Rock' diffusés sur MTV, Run-D.M.C. devient rapidement l'un des premiers groupes de rap à marquer un tournant dans l'histoire.



Leur second album bien parti pour devenir disque de platine sort en 1985. Il s'intitule "King Of Rock" et contient des hits tels que 'You Talk Too Much' ou 'Can You Rock It Like This'. Des paroles écrites d'un invité mystère viennent s'y glisser. Il se prénomme LL Cool J et est seulement âgé de 16 ans. Victime d'un succès croissant les Run-D.M.C. s'exécutent au concert Live Aid de Bob Geldof. Ils sont le premier groupe de rap à y contribuer tout comme le projet Sun City organisé par l'unité des artistes contre la ségrégation (Artists United Against Apartheid).

Début '86, Run-D.M.C. participe à "Krush Groove", un film dans lequel figurent également les Fat Boys, Kurtis Blow, LL Cool J et les Beastie Boys encore inconnus à l'époque. Malheureusement le film déclenche quelques émeutes dans les salles de cinémas.

En dépit de la mauvaise publicité faite à l'encontre du groupe, ils enregistrent cependant "Raising Hell" courant '86. Numéro trois du classement Billboard avec trois millions de copies écoulées, c'est l'album le mieux vendu à cette époque et surtout le premier album rap a être certifié disque de platine. Il contient les singles explosifs 'My Adidas' ou encore le légendaire 'Walk This Way', audacieux remake de l'original d'Aerosmith. Ce dernier est non seulement l'un des dix meilleurs singles de l'histoire mais participe aussi au rétablissement de la carrière d'Aerosmith.

Une tournée à travers les Etats-Unis a alors propulsé Run-D.M.C. au rang de pop stars mais paradoxalement a provoquée une vague de violence incontrôlable. On a ainsi pu assister à un conflit en plein show opposant les deux fameux gangs de L.A. (Crip et Blood). Environ 40 personnes sont blessés par la fusillade au cours de ce concert à Long Beach Arena. Cet incident va alors faire la une des médias et causer de nombreux troubles au sein du groupe. Run-D.M.C. tout comme le rap en général est alors qualifié d'incitation à la violence, une réputation qui a toujours plus ou moins terni l'ensemble de la communauté hip hop.

En '88 le deuxième film du groupe "Tougher Than Leather" explose dans les salles de cinéma avec un album à l'appui du même intitulé. Néanmoins, la popularité du groupe diminue car le public hip hop se tourne vers des groupes plus engagés politiquement tel que Public Enemy. Ils sortent leur cinquième album "Back From Hell" mais celui-ci est une grande déception pour le groupe. Il entre alors dans une période de crise voyant D.M.C. tomber dans l'alcoolisme et Run être accusé à tort de viol.



Les trois membres des Run-D.M.C. laissent toutes ces mauvaises péripéties derrière eux, se tournent vers le christianisme et engendrent un surprenant retour en '93 avec "Down With The King" classé disque d'or. Cet album, en partie produit par Pete Rock et invitant CL Smooth à faire ses débuts, tape un grand coup dans la fourmilière en déclarant au New York Times : "comme le hip hop est là pour rester, Run-D.M.C. suit le mouvement". Le groupe renoue donc avec le succès.

C'est après un long break de presque huit ans que les membres se retrouvent en 2001 pour catapulter un tout nouvel album appelé "Crown Royal". On découvre un groupe différent sous une autre forme plus mature parlant de sujets moins percutants que ce qu'ils avaient l'habitude de traiter sur leurs précédents albums. Une rumeur tourne au sujet de D.M.C. qui serait susceptible de quitter le groupe mais elle est démentie par Run dans le magazine The Source.

Même si la date de sortie du tant attendu album n'est pas respecté, il nous réconcilie en nous offrant de bonnes collaborations à savoir Method Man, Ol' Dirty Bastard et Fat Joe pour ce qui est des stars du rap et Sugar Ray, Kid Rock, Everlast pour les artistes rock.

Une nouvelle accablante vient nous assommer lorsqu'on apprend le meurtre par balle de Jason Mizell le 30 octobre 2002 dans le Queens. Agé de seulement 37 ans Jay entre dans le panthéon des trop nombreuses personnalités du rap injustement assassinés. Beaucoup de stars sont présentes aux funérailles du défunt et de nombreuses donations sont versées à sa famille.

Cette tragédie entraîne la mort du groupe qui souhaitait d'ailleurs enregistrer un album pour ses 20 ans. Le mardi 6 novembre Joseph "Run" Simmons ne sème plus le doute et annonce lors d'une conférence de presse qu'il ne voit qu'une issue pour le groupe, celle d'en rester là : "Nous avons commencé à trois et souhaitons que l'héritage de Run DMC reflète toujours cette identité sous forme de trio."

Rikem
Décembre 2002

Articles

News

Chroniques

Interviews

Audios

Recherche

Vous recherchez quelque chose en particulier ?

Copyright 2000-2008 Hiphopcore.net